international

Quantité de preuves n’est pas qualité de preuves

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Des preuves, oui, mais lesquelles ? On considère souvent, à tort, qu’un témoignage est une preuve. Or, un témoignage ou même 100 ne valent rien en Sciences.

Cela rejoint la notion de biais de sélection : le fait qu’une conclusion soit erronée car la population étudiée ne représente pas la population générale.

Lire la suite...

Ce qui est affirmé sans preuve peut être rejeté sans preuve 

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Cette phrase, a priori faussement attribuée à Euclide, signifie qu’il n’y a pas de raison de croire à quelque chose qui n’a aucun fondement, et que celui qui rejette n’a pas à apporter des preuves pour justifier ce rejet si aucune preuve n’a été apportée pour justifier la croyance. Cela est intimement lié aux deux précédents posts. Il ne s’agit pas de rejeter sans arrêt toutes les affirmations qui nous sont soumises, mais de s’autoriser à rejeter quelque chose d’improbable affirmé sans preuve sans tomber dans le piège du retournement de la charge de la preuve (“si tu ne me crois pas, prouve moi que c’est faux”).

Lire la suite...
language
research