L’alternative est féconde

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Pour ce sujet, je citerai Henri Broch :

L’un des outils les plus puissants qui soient à notre disposition consiste à se poser la question : “Existe-t-il une autre explication possible qui donnerait un résultat identique ? » […] Si beaucoup de phénomènes “paranormaux” sont fondés sur un trucage ou une astuce que l’alternative peut rendre claire, il en existe d’autres qui, en fait, n’ont besoin d’aucun trucage. La fécondité de l’alternative sera, cette fois, de permettre de dire : « Oui, le phénomène est vrai, mais peut-être n’y a-t-il pas besoin de faire appel au miracle ; on peut en donner une explication naturelle ».

Lire la suite...

Les yeux du cœur ont mauvaise vue

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Une expérience amusante a été menée en 2004 au cours de la campagne présidentielle aux USA. Les chercheurs ont proposé à 30 personnes fortement politisées (15 démocrates et 15 républicains) de lire des affirmations contradictoires à propos de George Bush (candidat républicain), John Kerry (candidat démocrate) et une personnalité politiquement neutre (les affirmations étaient inventées, mais crédibles). Pour chaque contradiction, ils ont demandé aux participants d’évaluer dans quelle mesure ils jugeaient que les paroles et les actes de la cible étaient contradictoires sur une échelle de 1 (pas du d’accord) à 4 (tout à fait d’accord).

Lire la suite...

Quantité de preuves n’est pas qualité de preuves

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Des preuves, oui, mais lesquelles ? On considère souvent, à tort, qu’un témoignage est une preuve. Or, un témoignage ou même 100 ne valent rien en Sciences.

Cela rejoint la notion de biais de sélection : le fait qu’une conclusion soit erronée car la population étudiée ne représente pas la population générale.

Lire la suite...

Ce qui est affirmé sans preuve peut être rejeté sans preuve 

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Cette phrase, a priori faussement attribuée à Euclide, signifie qu’il n’y a pas de raison de croire à quelque chose qui n’a aucun fondement, et que celui qui rejette n’a pas à apporter des preuves pour justifier ce rejet si aucune preuve n’a été apportée pour justifier la croyance. Cela est intimement lié aux deux précédents posts. Il ne s’agit pas de rejeter sans arrêt toutes les affirmations qui nous sont soumises, mais de s’autoriser à rejeter quelque chose d’improbable affirmé sans preuve sans tomber dans le piège du retournement de la charge de la preuve (“si tu ne me crois pas, prouve moi que c’est faux”).

Lire la suite...

Une affirmation extraordinaire nécessite une preuve plus qu’ordinaire

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Ce principe a été formulé de nombreuses manières au cours des siècles. En 1899 par exemple, Théodore Flournoy affirmait que « le poids de la preuve d’une prétention extraordinaire doit être proportionné à son étrangeté ». L’idée qui se cache derrière ce principe est que cela n’a pas d’intérêt de demander des preuves pour chaque affirmation du quotidien.

Lire la suite...

L’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Cf post précédent : La démarche scientifique ne permet pas d’assurer que quelque chose n’existe pas, on pourra uniquement dire qu’aucun effet n’a été détecté dans les conditions testées. Ne pas avoir de preuve de l’existence d’un phénomène ne nous permet pas d’affirmer qu’il n’existe pas. Juste qu’au regard des connaissances actuelles, il n’y a pas de raison objective de croire que ce phénomène existe.

Lire la suite...

La charge de la preuve revient à celui qui affirme

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

C’est impossible de montrer que quelque chose n’existe pas. C’est donc à celui ou celle qui prétend quelque chose de le prouver et non aux autres de prouver que ce que l’affirmation n’est pas vraie.

Lire la suite...

Assurons nous bien du fait avant de nous inquiéter de la cause

Je m’intéresse depuis quelques mois à l’esprit critique et aux biais cognitifs. J’ai décidé d’illustrer certains principes et citations avec des cartes réalisées à l’aquarelle.

Voici un proverbe cher à l’esprit critique qui mérite qu’on en relate l’histoire. Il trouve son origine chez Bernard Le Bovier de Fontenelle, inspiré par l’histoire de la dent d’or qu’il raconte ici.

Lire la suite...
jobs
guidelines